samedi 4 juin 2011

Culture en libre accès ?

Qu'en pensez-vous ? 
Suite à une brève discussion avec les twittos eridann et Matthieu Lamarre, j'ai eu envie de rédiger un article sur la liberté - voire même le droit - d'accès à la culture. J'en suis arrivé à ce thème pour deux raisons : les émissions que je qualifierais de politiques et/ou culturelles, comme "Face aux Français" par exemple, quittent peu à peu le service public télévisuel et les archives vidéos via l'INA ne sont pas disponibles en totale gratuité.
Dès lors, nous parlions d'adresser un courrier à Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, pour lui faire part de nos remarques. Je ne sais pas si mon choix est le bon, mais ce courrier sera sous la forme d'une lettre ouverte.

Le siège de France Télévisions se trouve sur les quais parisiens.

Monsieur le Ministre,
Le mardi 8 février 2011, à l'occasion de l'ouverture des cinquièmes Journées d'économie de la Culture et de la Communication, vous avez affirmé que « la manière dont le numérique s'associe à la culture et aux médias est importante pour le ministère ».
Dès lors, peut-on penser que le site internet de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA) va dans le sens que le ministère veut donner à l'association entre numérique, culture et média ? Ma réponse semble être positive puisque ce site est une véritable caverne aux trésors où l'on peut trouver de nombreux documents audiovisuels (parfois même très historiques).

Toutefois, et c'est là le véritable objet premier de cette lettre, nous sommes quelques-uns à regretter une chose : on ne peut pas 
accéder à tous les documents de façon illimitée et gratuite. En effet, seuls certains documents et quelques extraits sont disponibles gratuitement tandis que pour le reste il faut payer.
Je pense, en ce qui me concerne, que la culture et l'histoire doivent être accessibles à tous - je crois que cette ligne est la vôtre également - et cela gratuitement. Devoir donner de l'argent pour consulter une partie de notre patrimoine audiovisuel est presque un crève-coeur !

En ce sens, Monsieur le Ministre, je vous fais une proposition claire et précise que j'aimerais vous voir étudier : rendre gratuit tous les documents de l'INA en particulier, et tous les documents historiques et/ou culturels en général, pour un maximum de personne (élèves, étudiants, enseignants, etc) à défaut que ça soit pour tous.

Ensuite, comme je l'ai sous-entendu précédemment, ce courrier a un second objet : la fuite des émissions culturelles du PAF et notamment de France Télévisions. En effet, et entre autre, je déplore que l'émission "Face aux Français" - avec Guillaume Durand - ne soit pas reconduite à la rentrée et que "Ce soir (ou jamais !)" - avec Frédéric Taddeï - devienne une émission hebdomadaire au lieu de quotidienne.

Ce sont là deux exemples de programmation que je juge de très bonne qualité (bien qu'à une heure assez tardive ...) et dont la mise à l'écart me dérange. Ces plateaux voient se tenir des débats et des conversations que je rêve de voir plus à la télévision. Dès lors, je me pose la question : n'est-ce pas l'un des rôles du service public audiovisuel que de fournir ce genre de choses ? Je le pense et j'espère que votre façon de pensée rejoint la mienne.

En conclusion, Monsieur le Ministre, j'espère que vous saurez être attentif au propos de ce qu'un citoyen pense de l'audiovisuel intérieur de la France - l'extérieur relevant d'un autre débat tout aussi intéressant - et que (rêvons un peu !) vous étudierez ma proposition relative à l'INA.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma très haute considération.


Maxime Fialon,
Citoyen attaché à la Culture

8 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi pour l'ouverture des archives du site de l'INA. Cependant, un problème qui peut être posé est le coût d'une telle mesure (coût de la numérisation des archives, coût de serveurs plus performants pour faire face à l'augmentation du nombre de visites...). Par ailleurs, je pense qu'il faut l'ouvrir pour tous, et pas seulement pour quelques catégories sociales (étudiants, enseignants...) : pourquoi, en tant que citoyen lambda, n'aurais-je pas droit au même accès à la culture qu'un enseignant ?

    Pour la deuxième partie, je ne pense pas que le ministre de la Culture puisse, et doive, s'immiscer dans les affaires de France Télévision. A la limite, il faudrait joindre une copie de cette lettre à Rémi Pflimlin !

    RépondreSupprimer
  2. "je déplore que l'émission "Face aux Français" - avec Guillaume Durand - ne soient pas reconduite" => SOIT

    "comme je l'ai sous-entendu précédent, ce courrier à un second objet" => comme je l'ai sous entendu précédEMMENT, ce courrier A un second objet ;)

    Sinon sur le fond je suis globalement d'accord.

    Mais comment de l'autre côté comptes tu financer les travaux coûteux d'archivage de l'INA ?

    RépondreSupprimer
  3. Je te remercie Edouardh17 pour les corrections que tu apportes. Sinon, je pense que ta question rejoint la remarque de Une autre Vision.
    En effet, je pense qu'il faut dans un premier temps limiter la gratuité des accès (même si c'est triste à dire je te l'accorde Une autre Vision) pour limiter les coûts d'une telle opération. Après, je n'ai pas les chiffres du budget du ministère donc je ne peux pas me prononcer.

    Au final, ce n'est peut-être qu'une utopie pour une période future (que j'espère proche) où l'Etat aura les moyens qu'il faut.
    Au passage, je me dis que ça pourrait aussi rentrer en partie dans le budget de l'EN (1/4 du budget de l'Etat) car c'est comme lié ...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pense pas que l'INA doit être rattaché à l'EN, la culture concerne l'ensemble des français. Les coûts doivent être pris en charge par le ministère de la Culture, car les archives participent à la mémoire collective, au même titre que les musées.

    Non, ce n'est pas une utopie ! République Solidaire le prévoit d'ailleurs, avec « une loi sur le libre accès à l’information ».
    Et puis, quand on voit les sommes qu'ils dépensent dans des sites officiels (type france.fr), on se dit qu'un effort finalement moindre est possible.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne parle pas de rattacher l'INA à l'EN mais seulement que les frais soient communs aux deux ministères en question.
    Je dis ça dans l'optique où je suis plutôt dans une optique un peu plus large que l'est actuellement l'EN. Je suis même pour reprendre le terme instruction comme j'ai déjà pu le dire dans un article précédent.

    Mais sinon je suis d'accord avec toi quand tu dis que "les archives participent à la mémoire collective, au même titre que les musées". En fait, selon moi, culture et EN doivent être proches mais c'est un autre débat.

    RépondreSupprimer
  6. "Non, ce n'est pas une utopie ! République Solidaire le prévoit d'ailleurs, avec « une loi sur le libre accès à l’information »." je crois que quand il parlait d'utopie, Maxime parlait du fait que dans un futur proche l'Etat aurait des moyens, et je le rejoins là dessus : on en est tellement loins aujourd'hui...

    Sinon je suis d'accord avec le fait que la culture, l'information devrait être accessible à tous, mais voilà, attention aux coûts, personnellement je trouve déjà que l'Etat a un poids trop important dans notre société, avec tous les problèmes que cela implique.

    RépondreSupprimer
  7. Edouard à bien compris ce que je veux dire : au delà d'une promesse de campagne, il faut bien des moyens pour mettre en place ce genre de projet relativement coûteux, et ces moyens nous ne les avons pas pour le moment.

    RépondreSupprimer
  8. han, l'INA gratuit, ce serai top
    j'ai redécouvert ce site il y a peu, et à chaque fois ça m'énerve qu'on puisse pas tout regarder

    RépondreSupprimer