jeudi 26 mai 2011

La France et son Histoire

Qu'en pensez-vous ? 
Lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale du 25 mai 2011, le ministre de la culture et de la communication Frédéric Mitterrand a insisté sur le fait qu'« il convient de garder en France ces manuscrits ».
Ainsi, il répondait à une question de la députée Catherine Lemorton, une question relative à la récente mise aux enchères - par la société internationale Sotheby's - de deux lots de manuscrits de Robespierre (jusqu'alors conservés par les héritiers de Le Bas, un ami de Robespierre) pour une somme avoisinant les 980.000 € (environ 65.000 € pour le lot "Le Bas", 750.000 € pour le lot "Robespierre", ainsi que les taxes).

video
Extrait vidéo téléchargé sur le site de l'Assemblée nationale.

Le ministre, interrogé sur la préemption par l'Etat de ces pièces historiques, a rappelé qu'il est du devoir de l'Etat de protéger l'Histoire de France et de conserver les éléments qui s'y rapportent sans prendre en compte les controverses qu'il peut exister concernant les personnalités comme ici Robespierre qui a fait guillotiner nombre de personnes sous la Terreur.

Si j'ai bien compris - à travers cette QAG - le rapport que le gouvernement a avec l'Histoire, alors je suis d'accord. Un accord sincère et rare (eh oui je ne suis pas d'accord dans la globalité) avouons-le. Je pense que sauvegarder l'Histoire est une obligation, peu importe que la période concernée soit sombre ou glorieuse : l'Etat ne doit pas choisir l'Histoire qui l'arrange.

3 commentaires:

  1. Je suis d'accord, également ! Le patrimoine français, bon ou mauvais, doit rester en France. Sinon, il se perd dans des collections privées américaines, et on ne le retrouve que 50 ans plus tard.

    RépondreSupprimer
  2. D'un autre côté l'Etat ne peut conserver toutes les archives, ce qui représenteraient un coût que le contribuable n'est certainement pas prêt à financer. Alors, il est un peu aisé de crier haro sur le marché des archives, ou le marché de l'art. C'est aussi un moyen de faire valoir notre culture à l'étranger, quand des documents ou des oeuvres font l'objet d'enchères importantes.

    RépondreSupprimer